#Synchro

Ne jamais regarder en arrière et s'améliorer tout au long de la saison


Image

L'équipe Ice X-calibur du Lower Mainland Open a été créée en 2016.

Avec six équipes, le club de patinage synchronisé du Lower Mainland est l'un des plus grands clubs de la Colombie-Britannique au Canada. La coach Danalee Harrison tente de briser les préjugés de la discipline au sein de la province.

Située à plus de 4'500 km du Québec ou de l'Ontario, la Colombie-Britannique (BC) est la province la plus à l'ouest du Canada.

"Le patinage synchronisé existe en Colombie-Britannique depuis longtemps, et nous essayons toujours de briser la stigmatisation de la synchro auprès des entraîneurs de simple", déclare Danalee Harrison, entraîneure synchro pour le Lower Mainland Synchronized Skating Club (LMSSC).


Image
Le club de patinage synchronisé du Lower Mainland est situé à Surrey, en Colombie-Britannique (Canada). 

Le club dispose de six équipes de synchro allant des débutants / élémentaires aux équipes compétitives juniors, tout en proposant également deux équipes adultes.

"Nous sommes l'un des plus grands clubs de notre province. Nous travaillons très dur pour intégrer plus de synchro dans les clubs, mais avec Covid, je crains que quelques équipes disparaissent", regrette la coach.

ADV picture
Le patinage synchro donne plus de possibilités
Les catégories les plus populaires en Colombie-Britannique sont les catégories Pré-Novice et Adulte.

"Notre club a lancé la toute première équipe de compétition junior en 2019-2020 et nous sentons que nous brisons lentement les préjugés. Le patinage synchronisé n'est pas seulement pour les patineurs qui sont sur le point de quitter le sport, mais cela leur donne également plus de possibilités pour les compétitions nationales et internationales."


Image
La saison dernière, l'équipe Ice X-calibur a réussi à conserver ses titres, tout en étant petite mais puissante. "Les filles ont par exemple réussi un porté quand cet élément était à nouveau autorisé et l'ont exécuté avec beaucoup de confiance", explique la coach. 

Le club LMSSC permet une certaine "longévité" aux patineurs qui progressent à travers les niveaux du club. "Nous avons eu quelques doubles patineurs dans notre équipe junior l'an dernier. Ces filles sont dévouées à leur passion et veulent toujours essayer de nouvelles choses et aller plus loin. L'équipe est d'ailleurs connue pour ses programmes excentriques et énergiques!" fait savoir Danalee.

L'équipe junior a également eu deux patineurs internationaux, un venant de Suisse et un autre du Japon (qui fait maintenant partie de l'équipe Jingu Ice Messengers).


"Nous avons eu la chance de pouvoir patiner presque tout le temps"
Les équipes synchro du LMSSC sont de retour sur la glace. "Nos restrictions sont les masques, sauf quand nous sommes sur la glace. Il y a un maximum de dix patineurs par vestiaire et il faut compter 30 minutes de pause de désinfection après chaque heure. Comme il n'y a pas de contact possible, nous avons utilisé des bâtons pour s'attacher."

Personne n'est autorisé à patiner pour le moment s'il a plus de 22 ans, donc cela joue un rôle pour certains patineurs plus âgés. Comme ils ne sont pas autorisés à aller dans des halles de gymastique et qu'ils ne sont pas autorisés à s'entraîner dans d'autres villes, les patineurs font leurs entraînements de physique à la maison pour le moment.

"La pandémie nous a appris à ne rien prendre pour acquis, ni la glace, ni la capacité d'être proches et de se toucher", explique Danalee. "Pendant la crise, nous avons eu la chance de pouvoir patiner presque tout le temps. Nous n'avons que deux mois de Zoom quand il n'y avait pas de glace!" conclut la coach.

Les équipes continuent donc de développer leurs compétences et espèrent ensuite commencer la chorégraphie pour la prochaine saison au printemps une fois qu'elles seront autorisées à se tenir à nouveau.