Son rôle: orienter le patinage synchronisé vers l’olympisme

Le comité technique ISU élu à Séville. Philippe Maitrot (FRA), mais également Petra Tyrbo (SWE), Lois Long (USA) et Uliana Chirkova (RUS) sont élus. /Credits: Philippe Maitrot

Philippe Maitrot a été élu président du Comité Technique ISU lors du dernier congrès en Espagne il y a un mois. Avant d’entamer une nouvelle saison, Jura Synchro fait le point avec la nouvelle tête pensante du patinage synchronisé vers qui tous les regards se tournent désormais pour faire avancer le sport. Interview. 

Pour commencer, comment êtes-vous tombé dans le monde du patinage synchronisé ?
Philippe Maitrot: J’ai débuté ma carrière d’Officiel International en Danse sur Glace en 2000 puis je me suis tourné vers le patinage synchronisé en 2006. Juge, Referee puis Contrôleur Technique ISU, je ne suis pas vraiment nouveau dans le monde du Patinage Synchronisé. J’ai fais aussi partie pendant 6 ans (élu au Congrès ISU de Barcelone de 2010 à 2016) du Comité Technique ISU de Patinage Synchronisé. J’ai toujours été fasciné par les sports d’équipe, l’ambiance y est incroyable.

Vous avez été élu à la tête de la synchro mondiale au sein de l’ISU, quel sera votre rôle ?
Mon rôle en tant que Chair du Comité Technique ISU, est d’orienter la discipline vers l’olympisme, en faire une discipline de haut niveau. Même si la progression du patinage synchronisé se ressent depuis quelques temps, il nous faut encore nous développer, non seulement sur le plan technique mais aussi sur le plan mondial. C’est un sport encore méconnu dans le monde.

Le développement international du patinage synchronisé est indispensable.

—  Philippe Maitrot
img
Philippe Maitrot avec Marie Lundmark et Patricia Mayor aux deniers Mondiaux à Stockholm. 

Dès à présent, où mettrez-vous les priorités ? 
Avant tout, il nous faut nous réorganiser, notre calendrier est tard dans la saison, nous sommes le dernier championnat mondial ISU. Si nous voulons être un jour aux JO, il nous faudra débuter la saison des compétitions internationales beaucoup plus tôt.

Un autre point à améliorer, aucune compétition internationale au calendrier ISU en Amérique du Nord (USA, Canada), à l’exception des Championnats. Une compétition côte Est et une autre côte Ouest pour l’Asie et l’Océanie.

La stabilisation et la simplification des règlements vont être des enjeux aussi importants pour le développement de la discipline.
Le développement international du patinage synchronisé est indispensable, l’Asie, l’Océanie, et l’Amérique latine sont des objectifs où les effectifs, le nombre d’équipe n’augmente pas ou est inexistant.

Il nous faudra aussi démarrer des recherches pour des sponsors, afin de pouvoir élargir notre champ d’action, peut-être dans le futur créer un Grand Prix, aider les équipes et pays en difficulté pour ce qui concerne le côté financier.

Les sponsors attireront aussi les medias sur notre discipline. Les médias ont eux aussi une influence le Comité Olympique. Les droits TV étant astronomiques lors des Jeux Olympiques.

Nous allons travailler tous ensemble pour en faire une discipline reconnue. 

—  Philippe Maitrot

De quoi le patinage synchronisé a-t-il le plus besoin actuellement ? 
Le patinage synchronisé a besoin de reconnaissance. Il doit faire partie intégrante du patinage mondial. Pendant des années la danse sur glace était le parent pauvre du patinage. Désormais le patinage synchronisé est le parent pauvre et il doit faire ses preuves. Il est difficile d’avoir de la reconnaissance lorsque l’on n’est pas une épreuve olympique. Mais nous allons travailler tous ensemble pour en faire une discipline reconnue. Il est indispensable pour nous de travailler en équipe. La discipline ne pourra survivre que si nous sommes au sein d’une équipe et que tous ensemble nous voulons la même chose, nous vison le même objectif.

Combien de temps occuperez-vous cette fonction ? 
Je suis élu pour 4 ans. Donc jusqu’au JO de Pékin en 2022.

Dans quelques jours, découvrez la deuxième partie de l’interview de Philippe Maitrot avec notamment des nouvelles de la candidature olympique du patinage synchronisé. 





Jura Synchro veut rester un média gratuit et de qualité pour les fans de patinage synchronisé dans le monde.

Vous avez désormais la possibilité de soutenir les personnes qui s’engagent pour ce sport, donnent de leur temps, analysent et écrivent bénévolement des articles au travers de Jura Synchro. Vous avez aimé l’article ci-dessus? Soutenez maintenant Amélie Rossé qui a créé cet article en lui versant un pourboire au travers de la plateforme sécurisée PayPal. C’est très simple et, selon votre pays et depuis un ordinateur, vous n’avez même pas besoin de compte pour récompenser votre correspondant, uniquement d’une carte de crédit.
Quelque soit le montant, 2$, 5€, 9£ ou plus... l’intégralité des bénéfices sera redistribuée à Amélie Rossé. N’hésitez plus et faites un geste maintenant!