Breaking news

Le patinage synchronisé ne fera pas partie des Jeux olympiques de 2022


Vainqueur des premiers championnats du monde en 2000 à Minneapolis, le Team Surprise (SWE) ajoutera-t-il un jour une médaille olympique à son palmarès? /Credits: Navaz Sumar 

Le comité olympique (CIO) s'est mis d'accord sur le programme des Jeux Olympiques d'hiver 2022 à Pékin. La demande de l'Union Internationale de Patinage (ISU) pour l'inclusion du patinage synchronisé n'a toutefois pas été retenue.


Le patinage synchronisé devra encore attendre pour faire son entrée aux Jeux Olympiques d’hiver. Réuni cette semaine, les membres du comité olympique n’ont pas donné suite à la demande de l’ISU pour inclure la discipline dans le programme des Jeux de Pékin en 2022. 

« L'ISU reconnaît les défis auxquels la candidature était confrontée, à savoir l'universalité de la discipline, l'impact des médias et de la diffusion et, enfin, l'ajout d'un nombre important d'athlètes. (…) Le CIO vise également à réduire le quota des athlètes et à progresser vers l'équilibre entre les sexes, l'ISU évaluera la contribution du CIO et travaillera avec le CIO pour trouver une solution raisonnable », écrit l’ISU dans un communiqué publié ce jour et traduit par nos soins.

Réduire la taille globale des Jeux

Le programme des Jeux olympiques d'hiver de 2022 comprend l'ajout de sept nouveaux événements comme le monobob, le ski acrobatique, ainsi que des compétitions mixtes en équipes, dont un relais en short track, une équipe mixte en saut à ski, et en snowboard notamment détaille le CIO.

Pour 2022, le nombre d'athlètes a été réduit de 41 pour atteindre un total de 2'892, ajoute le CIO. « En l'absence de nouveaux sites pour les événements, ce programme s'aligne sur les recommandations énoncées dans l'Agenda olympique 2020 et constitue une autre étape vers la réduction de la taille globale des Jeux. »

Toutefois, l'ISU entend poursuivre « ses efforts pour développer davantage le patinage synchronisé et augmenter sa popularité en coopération avec les membres de l’ISU ».

Le patinage synchronisé disposera ainsi d'un peu plus de temps pour faire ses preuves, augmenter sa popularité et se développer dans davantage de pays, notamment en Asie.