Interview

Un nouveau pays s’intéresse à la synchro


Si le projet aboutit, de nouvelles équipes de synchro pourraient se créer dans ce pays d'Afrique. /Credits: Tero Wester Photography (image prétexte) 

Et si le patinage synchronisé se trouvait de nouveaux horizons dans les pays chauds? C’est du moins l’idée de Thando Silitshena qui souhaite développer ce sport au Botswana, le pays voisin de l’Afrique du Sud. Interview.


Pour commencer, pourriez-vous nous expliquer votre projet?
Thando Silitshena: Le projet vise à construire une patinoire au Botswana afin que les enfants et la communauté puissent profiter des mêmes avantages sportifs présents ailleurs dans le monde. L'idée est d'amener des patineurs professionnels dans le pays pour qu'ils donnent des leçons de patinage à des groupes d’enfants, y compris des cours de patinage synchronisé. L'idée est de proposer les mêmes avantages à un niveau plus global.

Pourquoi ce projet vous tient à coeur?
La synchro, pour le moment, semble être accessible uniquement aux personnes qui vivent dans des climats froids. Cependant, nous vivons maintenant dans un monde plus ouvert et technologiquement avancé et tout le monde devrait pouvoir pratiquer le sport qu'il aime. Ainsi, le projet veut impliquer des milieux plus pauvres et des personnes qui ne vivent pas nécessairement dans des pays hivernaux. Cela contribuera à améliorer le sport en le rendant plus compétitif et à le placer au premier plan sur la scène mondiale, en faisant de ce sport un sport ouvert et inclusif.


Les entraîneurs seront recrutés dans les pays voisins, en Afrique du Sud notamment.

—  Thando Silitshena

Comment ces écoles seront-elles organisées et où exactement?
Les écoles de patinage seront hébergées à Gaborone, la capitale du Botswana et des cours auront lieu quotidiennement. La structure travaillera avec les écoles primaires locales et élaborera un programme dans lequel elles pourront prendre part aux cours d’éducation physique des enfants. De plus, après l'école, les jeunes intéressés pourront être formés par des patineurs professionnels.

Qu'en est-il des entraîneurs?
Les entraîneurs seront recrutés dans les pays voisins, en Afrique du Sud notamment. Ils seront choisis en fonction de leurs qualifications et de leurs compétences. À long terme, nous voudrions également former notre propre personnel local à devenir des entraîneurs et des formateurs.

À qui s'adresse ce projet?
Le public cible sera initialement les enfants à partir de 3 ans. Cependant, comme le patinage sera un nouveau phénomène dans la région, nous ouvrirons les portes à toute personne intéressée à apprendre à patiner.

Avez-vous déjà un calendrier?
Dans l’idéal, il serait bon d’obtenir un financement pour ce projet afin que nous puissions commencer la construction à temps pour ouvrir les portes des écoles en janvier 2019.

L'Afrique du Sud a déjà commencé à développer des équipes de patinage synchronisé. Pourquoi ne pas imaginer accueillir des équipes botswanaises dans la compétition internationale dans le futur?