Interview

Loin des patinoires, ce coach a réalisé son rêve


Image

Olivier Chapuis a particulièrement apprécié son passage au Japon.

Pendant l'épidémie de Covid-19, de nombreux entraîneurs et patineurs ont dû composer avec le fait qu'ils ne seraient pas sur la glace avant très longtemps. Olivier Chapuis, entraîneur-chef des équipes de patinage synchronisé de Compiègne, en France, n'a pas remis les patins depuis plus de 10 mois! Pourquoi? En septembre 2019, il a débuté un voyage autour du monde avec sa femme et son fils. Il a toutefois dû rentrer à la maison plus tôt à cause du coronavirus.

ADV picture
Pour commencer Olivier, pourquoi avoir décidé de faire un tour du monde?

Au départ, c'était le rêve d'un garçon de 10 ans, puis un projet de jeune couple et enfin un souhait de toute la famille. Ma femme et moi avions des horaires de travail décalés. Nous avons donc décidé de prendre le temps de vivre des choses ensemble. De plus, nous sommes passionnés par les voyages. Nous avons donc décidé de partir sac au dos pour cette aventure, ce qui nécessite quand même d'être en bonne forme physique.

Et pourquoi avoir choisi cette année-ci pour ce voyage?

Nous avons choisi de partir la saison dernière car plusieurs éléments facilitaient les choses pour nous. En France, nous pouvons demander à nos employeurs une année sabbatique et, par la suite, être en mesure de reprendre le même travail. Mais pour cela, il nous fallait plusieurs années d'ancienneté. Puis l'année dernière, notre fils n'avait pas d'examens à l'école, ce qui lui a permis de suivre ses études à distance.

Quels pays avez-vous visité?

Nous avons visité: l'Argentine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, le Chili, la Polynésie française, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, Bali, l'Inde, le Cambodge, le Vietnam et le Japon. Nous étions au Japon lorsque notre ambassade nous a demandé de rentrer. Nous sommes arrivés en France le 23 juin. À cause du COVID-19, nous sommes rentrés 2 mois plus tôt.


Donc, vous et votre famille avez dû rentrer chez vous plus tôt que prévu. Comment vous sentez-vous?

Bien sûr, nous étions un peu tristes de rentrer, mais nous avons profité de cette belle aventure pendant plus de huit mois. En fin de compte, tout ce qui nous manquait, c'est la Chine, que nous n'avons pas pu visiter. Le deuxième pays qui avait fermé ses frontières et où nous aurions dû terminer notre road trip était l'Indonésie, mais nous connaissions déjà ce pays pour y avoir été trois fois. Nous avons encore de la chance car la pandémie est arrivée à la fin du voyage. Nous avons des amis qui étaient aussi en voyage et qui ont dû revenir après seulement quelques semaines.

Cela sera peut-être une question difficile, mais quel pays avez-vous préféré et pourquoi?

Personnellement, je suis tombé amoureux de Bali, mais j'avoue que le Japon et la Nouvelle-Zélande ne sont pas loin de la première place. Bali pour son côté nature et son île paradisiaque. Le Japon pour sa culture, sa gastronomie et le respect de ses traditions et de ses règles. Pour ma femme et mon fils, le Japon passe avant tout.


Image

Qu'est-ce qui vous a le plus impressionné pendant votre voyage?

Ce tour du monde a été comme une pause dans nos vies. Cela nous a permis de faire une petite introspection et ce qui nous a vraiment impressionnés, c'est la capacité qu'a l'être humain de s'adapter partout où il va. Nous avons également été émerveillés par la diversité des couleurs, de la musique, des cultures, des danses et des gastronomies qui composent notre planète.

Comment êtes-vous resté en contact avec vos équipes pendant votre aventure et durant le Covid-19?

J'ai suivi les performances de nos équipes grâce à internet. Cela a été très efficace pour rester en contact. Il y a toujours une connexion Wifi quelque part dans le monde. La seule chose à considérer est le décalage horaire et la différence de fuseau horaire! Et même aujourd'hui, nous travaillons encore par vidéoconférence afin de préparer la nouvelle saison.

Il a coaché des vice-champions du monde
Vos équipes ont concouru lors de la saison 2019-2020 avec un entraîneur différent et ont obtenu de bons résultats! Qui a coaché vos équipes durant votre voyage?

La saison dernière, un ami et collègue (Vincent Gironde) professeur de danse sur glace s'est joint à mon équipe. Comme nous sommes partis en voyage début septembre, cela m'a permis de participer avec lui à la composition des programmes de la saison. Dans notre équipe, nous avons également un préparateur physique (Christophe Lemoine), une chorégraphe (Marie-Hélène Bove), un professeur d'expression scénique (Marc Simon) et nous avons trois coachs sur glace avec l'aide de Laetitia Carrez. C'est un staff formidable qui a permis à nos équipes de faire une belle saison. Nos Juniors (Black Diam's) ont remporté le titre national, nos Novices A (Magic Crystal) sont devenus champions de France pour la première fois. Et nos trois autres équipes ont fait de superbes progrès. En début de saison, les équipes ont appris à travailler différemment, mais à la fin elles ont compris que la victoire revenait à elles, et non aux entraîneurs.

Certains de vos anciens patineurs juniors ont patiné pour la Suède au cours des deux dernières saisons. Ont-ils aidé les équipes pendant votre absence?

Le club de Compiègne a toujours été un club de formation pour le Senior ISU. Nous n'avons pas d'équipe de ce niveau-là à Compiègne. Lorsque les patineurs veulent continuer leur carrière sur la glace à la fin de leur parcours en Junior ISU, nous les aidons  à trouver une équipe senior pour réaliser leur rêve! Deux de nos anciens membres sont même devenus vice-champions du monde en représentant la Suède avec le Team Surprise. Et c'est vrai que nous avons parfois un peu d'aide!


Image

Vous organisez votre propre camp d'été chaque année à Louvain, en Belgique, début août. Ce camp est ouvert aux patineurs de tous niveaux et de différents pays (Belgique, Pays-Bas et France). Vous êtes donc de retour!

Oui, du 3 au 7 août, j'organise mon 2ème camp d'été en Belgique avec l'aide de la patinoire de Louvain. Je suis super content que les conditions sanitaires nous permettent de mettre sur pied cet événement. C'est un moment que j'apprécie beaucoup car c'est un cours de développement technique qui permet à de nombreux patineurs de trouver des réponses personnalisées. C'est un camp d'été avec un groupe limité de patineurs (~ 20) ce qui me permet de passer du temps avec chaque patineur et de trouver la solution la plus adaptée à leurs difficultés, ce qui me permet d'être plus efficace. De plus, si ce type de stage d'été vous tente, je suis toujours disponible.

La patinoire de Compiègne est-elle déjà ouverte?

Pour le moment la patinoire de Compiègne est fermée. Nous irons sur glace le 17 août. Mais nos équipes Junior et Novice A sont déjà de retour. Nous travaillons sur la vidéo et nous sommes plutôt en avance pour cette nouvelle saison.


De nouvelles idées?
Nul doute que votre tour du monde a été très inspirant. Allons-nous remarquer des différences dans les programmes des équipes cette saison? Par exemple un programme sur le thème de Bollywood, du carnaval brésilien, ou un tango passionné d'Argentine! 

En effet, ce tour du monde m'a permis de me ressourcer physiquement et artistiquement. Mais si vous attendiez des programmes sur des thèmes en particulier, vous serez déçus. Je ne calque pas les programmes de nos équipes uniquement sur mes expériences personnelles. Je préfère me concerter avec eux pour comprendre et ressentir leurs envies chorégraphiques. Ceux-ci doivent être conçus en fonction de la maturation technique et émotionnelle des athlètes. Alors, nous nous reverrons au bord d'une patinoire pour le savoir.

Merci beaucoup pour votre temps Olivier, bonne chance pour votre camp d'été dans quelques semaines et tout le meilleur pour vos équipes pour la saison à venir!

Très bonne saison à tous, équipes, entraîneurs et staff du monde entier. Et prenez soin de vous!! MERCI à Jura Synchro et à ces reportages et de permettre au monde du patinage synchronisé de disposer de supports spécialisés et d'information de cette qualité.