Interview

Yurika Ando: "Patiner à l'étranger a changé ma vie"


Image

Yurika Ando a 22 ans et a grandi à Shiga, au Japon. Il y a un an et demi, elle a quitté sa famille pour vivre son rêve en Allemagne. Retour sur son parcours et son expérience avec sa nouvelle équipe, Team Berlin 1.

Comment as-tu commencé à patiner?

Yurika: Dans ma ville natale, au Japon, il y avait une patinoire et ma mère m'y a emmenée quand j'avais 9 ans. Jusque-là, je faisais de la danse classique, mais rapidement j'ai réalisé que je préférais le patinage. J'ai donc arrêté le ballet et je me suis consacrée au patinage artistique.

Patinais-tu dans une autre équipe avant de rejoindre Team Berlin 1?

J'ai commencé d'abord avec le patinage artistique. Puis, à 14 ans, j'ai découvert le patinage synchronisé et cela m’a plu. J’ai donc commencé à m'entraîner avec la Team Kansai Synchro Lovers. J'ai patiné pendant 6 ans avec cette équipe et j'ai remporté le championnat national du Japon en catégorie junior à 3 reprises.

ADV picture
Pourquoi as-tu choisi de patiner pour Team Berlin 1?

J’ai choisi de patiner pour Team Berlin 1 parce que j'étais une grande fan de cette équipe, ça a toujours été mon rêve. Pendant une année, j’étais en échange étudiant en Allemagne et je continuais de m'entrainer deux fois par semaine en individuel. Ainsi, je connaissais déjà le pays et la langue et cela m'a définitivement aidé à prendre ma décision pour intégrer cette équipe. 


Image

Quels étaient les plus gros changements entre le Japon et l'Allemagne auxquels tu as été confrontée?

Même si j’étais déjà capable de parler allemand lorsque j'ai déménagé à Berlin, le vocabulaire du patinage était totalement nouveau pour moi. Parfois, j’ai encore du mal à comprendre notre entraîneur, mais mes coéquipiers sont toujours là pour m’aider à comprendre!

Lors de ma première saison, je vivais avec une coéquipière qui était aussi une patineuse étrangère. Vivre avec quelqu'un qui était dans la même situation et qui avait plus d'expérience que moi m'a beaucoup aidée à m'habituer à ma nouvelle vie et à la routine de l’équipe.

Est-ce que l'immigration a été facile?

Pour vivre en Allemagne j'ai besoin d'un VISA que je renouvelle tous les ans. Il est difficile à obtenir et chaque année c'est un moment de stress. Je ne sais toujours pas combien d’années je patinerais avec cette équipe, mais j'aimerais rester ici pour patiner et apprendre le plus de choses possibles. 

Parle-nous de ta première saison au sein du Team Berlin 1. Comment se déroulent les entraînements? Est-ce que la transition a été difficile?

Nous nous entraînons cinq jours par semaine. Quand nous ne sommes pas sur la glace, nous faisons du ballet, de la danse et de la préparation physique. Le nombre de pratiques et la façon de patiner ont probablement été les plus grands changements entre mon ancienne équipe et ici.

C'était difficile de commencer à s'entrainer avec une nouvelle équipe. La plupart de mes nouveaux coéquipiers avaient beaucoup plus d'expérience que moi. J'avais à peine expérimenté le niveau senior auparavant. Il y avait donc tellement de nouvelles choses que je devais découvrir et acquérir. C’était un nouveau défi mais j’étais enthousiaste à l’idée de le relever. 

Cependant, je dois dire que ma première saison a été assez difficile. Principalement parce que m'entraîner dans un environnement totalement nouveau m'a mise mal à l'aise et j'avais perdu confiance en moi. J'ai également connu une blessure grave pour la première fois de ma vie. Malgré cela, j'ai beaucoup apprécié ma première saison!


Avez-vous une bonne entente entre les différentes équipes de Team Berlin?

Oui! Certains de nos patineurs Seniors enseignent à nos équipes Juvénile et Novice. Beaucoup de nos patineurs ont patiné dans notre équipe Novice, puis Junior, et enfin sont maintenant dans notre équipe Senior. 

Parlons maintenant du Covid-19. Comment as-tu vécu l'annonce de l'annulation des championnats du monde 2020?

Evidemment, c'était une nouvelle tellement décevante. Cela aurait dû être mon premier championnat du monde. Mais j'ai parfaitement compris la situation et je pense que c'était une décision inévitable.

Est-ce que la pandémie a affecté votre préparation?

En Allemagne, nous n’avons pas pu patiner avant la fin du mois de juillet. En attendant, nous avons fait d'autres entraînements comme des cours de danse et des activités sportives à l'extérieur. Heureusement, nous avons pu organiser notre camp d'été annuel en République Tchèque, c'est là-bas que nous créons nos programmes chaque année.



Votre équipe a annoncé qu'elle garderait l’un des programmes de la saison précédente. Pouvez-vous nous en dire plus?

Je ne peux pas encore vous dire lequel de nos programmes nous gardons, mais vous le découvrirez bientôt! En revanche, la raison pour laquelle nous conservons un de nos programmes de la saison dernière est évidemment lié au COVID-19. C'était une déception pour nous de ne pas avoir pu montrer ce programme aux Mondiaux, car nous avons vraiment adoré le patiner. Nous lui avons déjà apporté quelques ajustements, il est devenu encore plus créatif et attrayant. Nous avons hâte de vous le présenter! 

As-tu eu la chance de rentrer au Japon pour voir ta famille, ou es-tu restée en Allemagne pour être sûre de pouvoir patiner?

Notre patinoire a fermé juste après l'annulation des championnats du monde, alors je suis immédiatement rentrée chez moi au Japon. C'était une décision très difficile, car je ne savais pas quand j'aurais l'occasion de revoir mes coéquipiers. En fait, je n'ai même pas pu leur dire au revoir. Au final, j'ai fini par rester au Japon pendant trois mois et ça a été agréable de pouvoir passer du temps avec ma famille. 


Image
Team Berlin 1 lors de la dernière Spring Cup en Italie. (Crédits: Ru-Pho - 2020)

Quels sont tes objectifs personnels et pour ton équipe cette saison?

Mon objectif cette année est bien sûr de patiner aux championnats du monde. C’est la compétition dont je rêve depuis longtemps et je crois, je l'espère en tout cas, que cela se produira cette année.

En tant qu'équipe, nous voulons être encore meilleures que l'an dernier et montrer nos meilleures performances lors des compétitions. En même temps, nous voulons profiter au maximum de pouvoir pratiquer notre sport! 

Comment restes-tu positive avec la situation liée au COVID-19?

Honnêtement, je ne sais pas s’il y aura des compétitions cette saison ou non. La seule chose que nous pouvons faire est de croire et d'espérer qu'il y aura des événements pour y être préparés. Je pense que la compétition "en livestream" serait peut-être la meilleure solution.

Je me souviens encore à quel point ça a été difficile de ne pas avoir pu patiner pendant le confinement. Maintenant, à chaque fois que j'entre sur la  glace, je prends conscience de mon bonheur. C’est ainsi que je reste positive, même si le COVID-19 n’est pas encore éradiqué ou du moins contrôlé.


Si vous 💙 Jura Synchro, soutenez-nous en laissant un pourboire 😉!

Soutenez Jura Synchro sur Tipeee
Un message pour conclure?

Quitter le Japon et partir patiner à l'étranger a changé ma vie. C'est un grand défi et une belle aventure. Si vous pensez partir patiner avec l'équipe de vos rêves, faites preuve de courage et foncez! Une fois que vous entrez dans ce nouveau monde, vous ne le regretterez pas.

Depuis la réalisation de cette interview, l'Allemagne a été reconfinée. Le Team Berlin a annoncé qu'il ne pouvait plus s'entraîner sur glace d'ici la fin du mois de novembre. Yurika en a donc profité pour retourner voir sa famille au Japon.